LANDES DE LANVAUX
Paysage de la Communauté de Communes du LOC'H
Logo Office de tourisme des Landes de Lanvaux
Office de tourisme des Landes de Lanvaux >Accueil > Histoire et légendes > Une Princesse d'Empire dans les landes
AnnuaireAgendaCarte interactive

 toutes les lettres

Une Princesse d'Empire dans les landes

envoyer à un amiimprimer la page

La Princesse Napoléon Elisa Baciocchi

C'est une histoire étonnante et originale. C'est l'histoire d'une commune, Colpo, créée de toute pièce par la volonté d'une femme au tempérement bien trempé, une Princesse, Napoléon Elisa Baciocchi.

Avant de présenter cette femme au destin extraordinaire, il faut noter cette prédiction du personnage mystérieux que fut le Roi Stevan qui vécut plus de cent ans avant sa venue : "Un jour viendra où une princesse érigera église et château" (cf : article sur le Roi Stevan)

Napoleon Baciocchi, fille d’Elisa Bonaparte et de Félix Baciocchi, naît à Lucques le 3 juin 1806.

Nièce et filleule de l’empereur, gratifiée d’un prénom masculin, la jolie petite espiègle des palais de Toscane s’efforcera, sa vie durant, de s’en montrer la digne héritière !

Amazone sans casque aussi rétive qu’un pur-sang, effrontée, opiniâtre, Madame Napoléon bouscule les convenances, brave les interdits, tire au pistolet, croise le fer… Perdue en ses chimères, elle tente de circonvenir le fils de Napoléon, otage de l’Autriche ! C’est la comtesse Camerata mise en scène par Edmond Rostand…

Procès, complots, enlèvements, voyages, frasques et turpitudes rythment la vie endiablée de cette virago qui vient en 1848 chercher fortune aux Tuileries auprès de son cousin germain Louis-Napoléon Bonaparte. Un séjour parisien assombri par le suicide de son fils Napoléon Camerata, né en 1826 d’un éphémère mariage de raison, enjeu des déchirures du couple.

Femme, elle ne peut entrer en politique… aussi consacre-t-elle son énergie et ses dotations à promouvoir la politique de progrès chère à Napoléon III, tant en Seine-et-Marne, au Vivier, qu’au coeur de la vieille Armorique. Elle inaugure et préside au nom de l’empereur, crée des fermes expérimentales, vitrines des techniques nou­velles, fonde, envers et contre tous, un village rural idéal, accumule les prix lors des concours agricoles et des expositions universelles, rassemble les foules en ses concours…

La valeur de l’exemple pour la gloire de la dynastie, tel est le thème récurrent de son inlassable action et sa motivation. La Bonne Dame y use ses forces et s’éteint à Colpo le 3 février 1869, accompagnée en sa dernière demeure par plus de 15 000 personnes.

(Pour l'Office de Tourisme, texte de Jean-Etienne PICAUT)

Pour en savoir plus...

Jean-Etienne PICAUT réside à Colpo. Il est passionné d'Histoire et particulièrement de la vie de sa commune et de sa fondatrice au destin extraordinaire. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages (sur la commune de Colpo, Moustoir'Ac...) 

Site de l'auteur : http://picaut.monsite-orange.fr/page1/index.html

Deux de ses ouvrages évoquent la palpitante histoire de la Princesse Baciocchi :

Tome I : "Les tribulations de l'Aiglo    nne - Madame Napoléon, Princesse Baciocchi"

52 € (en vente à l'Office de Tourisme)

 

 

 

Tome II : "Les tribulations de l'Aiglonne - La Providence de la Bretagne"

53 € (en vente à l'Office de Tourisme)

 

Son père : Félix Baciocchi

Le Prince Félix Baciocchi (1762 – 1841) est né le 8 mai 1762 dans une famille noble, mais pauvre, de la Corse. Il était le fils de François Baciocchi, propriétaire, membre du Conseil des anciens d’Ajaccio, et de Flaminia Benielli. Il devint tout d’abord capitaine dans l’armée avant d’épouser Elisa Bonaparte, sœur de Napoléon Bonaparte, en 1797. Le couple eut en tout cinq enfants, dont deux uniquement survécurent.

 

Après les conquêtes de Napoléon Ier, Baciocchi devint Prince de Piombino et de Lucques, mais le pouvoir souverain était réellement exercé par sa femme. Il devient général de Brigade en 1804, puis fut fait membre du Sénat conservateur le 29 novembre 1804. En 1809, il devient général de division, commandant la 29ème division militaire à Florence. Il mourut finalement le 27 avril 1841 à Bologne où il vivait en simple particulier.

 

Sa mère : Elisa Bonaparte

Maria-Anna, la première fille des Bonaparte, naît le 3 janvier 1777 dans la maison familiale d’Ajaccio. A l’âge de 7 ans, elle fait son entrée dans la Maison d’éducation de Saint-Cyr ; sa pédanterie s’y affirme jusqu’en 1792, année où elle adopte le prénom d’Elisa.

Traqué, le clan Bonaparte doit abandonner la Corse et connaît des heures difficiles à Marseille. Là, désespérée de trouver un beau parti, la Grande Demoiselle jette son dévolu sur un militaire en rupture de ban, Félix Baciocchi. La gloire du frère empereur rejaillit bientôt sur les siens. Princesse de Piombino puis de Lucques en 1805, Grande Duchesse de Toscane en 1809… ces titres, Elisa est contrainte de les abandonner en 1814, devant se contenter de celui de comtesse de Compignano, du nom d’un domaine qu’elle possède près de Lucques.

Exilée à Bologne, Brno, puis à Trieste, elle meurt dans l’indifférence en sa maison de campagne de Villa Vincentina le 7 août 1820.

 
  • Office de tourisme des Landes de Lanvaux
  • Ti Kreiz Ker
    56390 Grand-Champ
    02 97 66 45 75
Contact I Mentions légales I Crédits I Plan du site I Site mis à jour le 22/08/2017